Découverte de la spéléologie au Gouffre Georges

 

Qu’on soit bien d’accord, le canyon je n’y connaissais rien mais la spéléo, comme disent les intimes, encore moins. J’avais déjà pratiqué le rappel en canyon mais quelle drôle d’idée d’aller sous terre ! Rod m’a proposé de m’emmener lors d’une sortie au Gouffre Georges. En ce début d’août il pleuvait énormément, on a traversé le Port de Lers sous une brume insistante. On s’est habillés devant le camion et Rod nous a expliqué que l’avantage en spéléo c’est que s’il pleut dehors au moins dedans on sera au sec. C’était rigolo de s’habiller avec ces sortes de pyjama rouges et de mettre un casque avec un système de flammèche qui fonctionnait à l’eau. Ça m’a intrigué toute la journée ce système, du feu avec de l’eau… Après une courte marche dans la forêt on s’est retrouvés devant le tuyau qui descendait dans les profondeurs.

spéléo dessin

La première descente n’est pas évidente, qu’est-ce qu’on fait là ? Ce n’est pas notre environnement habituel, on n’est pas à la maison. Et c’est le côté aventure qui reprend le dessus très vite. On s’enfonce sous terre, habillés en mineurs sans pioches, avec nos flammèches qui tanguent dans l’obscurité des grottes. On a descendu quelques rappels, on s’est retrouvés dans des salles immenses, sortes de salles des fêtes sous la montagne. C’était très impressionnant de voir ces cavités creusées dans la roche. Rod nous a donné quelques explications géologiques, sur la formation des salles, des galeries, des roches.

spéléo Voyage sous terre

Comment parler de ma première expérience en spéléo sans mentionner Jules Verne ? Je m’attendais à voir débouler un animal mythologique d’une minute à l’autre, un dinosaure pourrait surgir d’un coup du fond de la salle ! Non, pas de dinosaure, peu de vie sous la terre où ne passe aucun photon. Ce qui m’a le plus marqué fut le noir complet, intense. On a tous éteint nos flammèche et lampes frontales, assis dans les ténèbres. L’œil ne comprend pas bien ce milieu sans source de lumière.

spéléo gouffre george

On a remonté ce qu’on avait descendu, on est sortis de là, il pleuvait toujours, les nuages s’accrochaient à l’étang de Lers. Nous, on avait passé une super journée, à gambader dans les entrailles souterraines de la montagne. La spéléo, en dehors de descendre à je ne sais combien de centaines de mètres, c’est de découvrir un monde inconnu. Et ce qu’il y a de bien c’est qu’il y a des cavités pour tout le monde !

Pour la famille et les pitchounes c’est par ici !

Pour les jeunes et les intrépides :  accrochez-vous ! 

Pour les experts et les sportifs : en avant !